Brodinski 'Brava' (Parlophone/Warner)

Brodinski 'Brava' (Parlophone/Warner)

L'avis de la rédaction

Dès les premières notes de 'Can't Help Myself', le premier extrait et titre d'ouverture de l'album, on oscille entre un hip-hop moderne et une techno libérée, qui transpire la communion dancefloor. 'Brava' s'affranchit d'une ligne de démarcation très aléatoire, à l'image des DJ sets qui ont fait la réputation internationale du Français.

Sa passion pour le hip-hop américain n'est évidemment pas un scoop mais le Rémois avait pour challenge de trouver les bons dosages en studio. Sur 'Bury Me', on retrouve ainsi le côté sulfureux du hip-hop avec les voix de Maluca et Bricc Baby Shitro, tout en se prenant de gros synthés acides en pleine face. En ce sens, Brodinski explore à fond la fusion entre les musiques urbaines et les piques acid-techno qu'il affectionne depuis plusieurs années.

Souvent, ce sont malgré tout les lignes de chant qui prennent le dessus, toutes très marquées par sa culture gangsta rap et Dirty South. Cet aspect urbain (sur 'François-Xavier' par exemple) décevra certainement tous ceux qui y sont insensibles, avec une connotation urbaine il est vrai parfois assez clivante. Ce qui vaut d'ailleurs à 'Brava' la fameuse mention "Parental advisory", gage de paroles sans retenue sur les thèmes bien connus du sexe et de la violence.

La petite surprise de cet album est l'absence de titres instrumentaux. La liste de featurings vocaux est donc conséquente, sans pour autant tomber dans le name-dropping qui tendait pourtant les bras à Brodinski suite à sa collaboration avec Kanye West. Dans une démarche d'artistes indépendants, on retrouve ici des featurings hip-hop de qualité, avec des artistes peu connus (Bloody Jay, par exemple) des non initiés à la culture urbaine américaine. La présence de Louisahhh!!! sur 'Need For Speed' confirme le goût de Brodi pour les prods "entre amis" et les structures déstabilisantes.

En avançant dans l'album, on se prend à découvrir le futur du hip-hop et on se sent fier qu'il soit l'oeuvre d'un Français. On peut écouter sans complexe cet album entre Nicki Minaj, Kanye West et Gesaffelstein. 'Cheddah' témoigne par exemple d'une qualité évidente au niveau des beats et du travail en studio. En fin d'album, 'Us' résonne fort comme un message de fraternité entre toutes les mouvances du hip-hop US et une électro moderniste.

C'est une évidence, cet album ne plaira pas à tout le monde mais il va créer un buzz incommensurable auprès des hipsters du monde entier. 

Vidéos

Commentaires

Partager

Publicité