V/A 'DJ Kicks' - Nina Kraviz (K7)

V/A 'DJ Kicks' - Nina Kraviz (K7)

L'avis de la rédaction

La Russe est à l'affiche de la prochaine compilation DJ Kicks du label K7!. Référence en matière de compilations, cette série DJ Kicks vient récompenser son ascension fulgurante sur les cinq dernières années. Elle en profite donc pour livrer un mix très personnel, au sein duquel elle a pu insérer de nombreux inédits de son tout jeune label ???? (dont 3 inédits de son propre cru 'Mystery', 'IMPRV' & 'Prozimokompleme').

Ses inspirations de Chicago et Detroit sont clairement en évidence sur ce mix, porté sur les raretés et l'authenticité. Ne vous attendez donc pas à retrouver le top 10 techno et deep-techno, il s'agit pour elle de rester fidèle à ses racines underground. Ce qui explique, par exemple, la présence du titre ‘The Vibe’ de DJ Bone et de Bradley’s Robot, signé du mystérieux Bradley Strider (aka Aphex Twin), mais aussi le plaisir acide de 'Pleasure Dome' composé par Armando il y a une vingtaine d'années.

'Truth' de Goldie, avec le vocal de Bowie, est aussi présent. "Il y a beaucoup de voix et de mots dans mon mix. J'aime entendre des paroles puis les voir se fondre disparaître dans la musique. C'est ce que je fais d'ailleurs sur mes propres titres." On sent vraiment que Nina Kraviz profite de ce mix pour prouver à tout le monde sa grande culture underground.

Parmi les 29 titres de son "voyage en eaux profondes", elle est allée chercher 'Cobalt' de Steve Stoll, l'une de ses plus grosses inspirations à l'époque de son label Proper à la fin des années 90. En ce point, elle rend hommage aussi à son père, grand collectionneur de vinyles, qui lui a transmis cette passion dans leur ville isolée de Sibérie, Irkutsk, avant de s'installer à Moscou pour son premier job au sein de l'agence événementielle qui gérait à l'époque le collectif Underground Resistance et Juan Atkins. Comme quoi, le monde est petit...

Retrouvez une interview de Nina Kraviz dans DJ Mag #08

Commentaires

Partager

Publicité