Interview : Positiv Festival 2020 | DJMAG France - Suisse - Belgique

Rendez-vous les 4 et 5 septembre au Théâtre Antique d’Orange pour deux jours de musique entre psy-trance et techno.

Cette année, la rentrée devrait rimer avec le retour de la fête. Dans le respect des normes sanitaires, le Positiv Festival vous donne ainsi rendez-vous les 4 et 5 septembre dans un lieu d’exception : le Théâtre Antique d’Orange. Pour l’occasion, cet événement bien connu des amateurs de musiques électroniques du Sud de la France vous réserve deux soirée entre trance et techno. D’un côté, des poids lourds tels Hilight Tribe, Vini Vici et Neelix. De l’autre, un plateau constitué notamment de MEUTE, Stephane Bodzin et NTO. Dans la cadre de notre mois solidaire, Nicolas Cuer, DJ, producteur et organisateur du Positiv Festival, nous dit tout sur cet événement qui pourrait bien être l’un des rendez-vous immanquables de la rentrée.

Comment est né le festival ?

Moi j’ai grandi à Beaucaire dans le Gard. A la base, la mairie de la ville m’a demandé d’organiser un événement pour les jeunes. J’avais déjà créé un premier événement en 2005 qui a duré pendant cinq ans mais après j’avais arrêté pour me consacrer à ma carrière de DJ. Donc quand on m’a proposé ça c’était super parce que j’avais une envie de retourner à l’organisation. La mairie m’a beaucoup aidé, ils m’ont mis à disposition les Arènes de Beaucaire par exemple, et je me suis associé avec une société pour créer le Positiv Festival en 2012.

Des Arènes de Beaucaire, vous êtes désormais installés au Théâtre Antique d’Orange. Comment s’est fait le choix de ce nouveau site ?

Etant tous de la région, le Théâtre Antique d’Orange c’est un lieu qui nous fait rêver depuis toujours. Et ça faisait un petit moment qu’on y pensait pour le Positiv parce qu’on essaie à chaque fois de faire le festival sur des lieux soit culturels soit historiques. Des endroits atypiques. Donc on est allé demander l’accord à la maire et au lieu. Et dans la mesure que le festival avait déjà une très bonne image avec une organisation assez carrée, ils ont été partants. L’année dernière on a posé la première pierre avec Boris Brejcha un jeudi où l’on a fait quasiment sold-out. Et cette année on a donc réussi à avoir deux soirs.

Depuis 2012, le Positiv a changé de lieu à plusieurs reprises. Est-ce que désormais le but est de pérenniser ce nouveau site sur le long terme ?

Le Théâtre Antique c’est quand même un lieu bien utile avec une capacité de quasiment 10 000 personnes. Donc nous si on peut être encore là dans dix ans, ça nous va. Cependant on a envie de faire d’autres éditions ailleurs – sans pour autant quitter le Théâtre. Notre édition principale restera à Orange mais on aimerait bien faire des Positiv dans d’autres sites historiques ou insolites de la région.

Comment définirais-tu la programmation du festival ?

Le Positiv à la base est un festival assez large. Entre 2015 et 2016 aux Docks des Suds par exemple on avait plusieurs salles. On avait une salle hip-hop avec Nekfeu ou Vald, une salle musiques actuelles avec FKJ, une scène plus techno avec Paul Kalkbrenner, une scène électro, etc. L’idée c’est vraiment de rassembler toute la musique électronique dans son ensemble.

Est-ce que vous vous fixez des limites dans les styles représentés ?

Là sur le Théâtre on devrait rester sur de l’électronique avec un BPM entre 120 et 140. On ne va pas faire du hardcore. On en écoute et moi-même je suis un peu issu de cette scène mais par rapport à l’image du festival et ce que l’on a construit autour, ce n’est pas vraiment notre créneau. On préfère en faire des soirées à part et sur le Positiv on va rester sur des BPM moins rapides. Mais sinon on fonctionne au coup de cœur, ça peut aller de la micro-house à la trance.

En parlant de trance justement, cette année vous proposez un plateau orienté trance et psy-trance. Comment s’est fait ce choix ?

C’est vrai que pour cette année on s’ouvre aux musiques psy-trance, trance et progressive. Et cela vient en fait de l’opportunité d’avoir dans une même soirée les trois artistes principaux dans ces catégories : Hilight Tribe, Vini Vici et Neelix. On a eu l’opportunité de les réunir pour la première fois dans le Sud de la France sur un même plateau. On a un peu cherché et ça ne s’est jamais fait ailleurs donc on a sauté sur l’occasion.

Aux côtés de la trance, la techno sera à l’honneur pour la deuxième soirée du festival. Là aussi c’est une question d’opportunité ?

Sur le samedi ce sont avant tout des coups de cœur. Par exemple MEUTE on voulait déjà le faire l’année dernière mais ce n’était pas possible. Donc on les avait bloqués pour 2020 et on a construit le plateau autour d’eux. On a Stephane Bodzin parce que MEUTE a repris un de ces morceaux et NTO qui lui a fait un rework d’un morceau de MEUTE. Donc on a vraiment construit le plateau autour de MEUTE pour avoir des associations autour.

Et si c’était possible... Stephan Bodzin X MEUTE ensemble sur scène ? . Notre Line Up vous réserve peut être de belles surprises ???? . Alors a votre avis ? . Tickets : https://shotgun.live/events/290583/shop

Publiée par Positiv Festival sur Jeudi 13 août 2020

Forcément, cette édition 2020 sera un peu particulière. Comment vous êtes-vous préparés pour permettre au festival de se tenir dans le respect des normes sanitaires ?

Nous on va respecter tout ce qu’il faut pour garantir la santé et la sécurité de nos festivaliers. Donc il y aura du gel hydroalcoolique à disposition. On a aussi la particularité d’avoir trois entrées, ce qui va nous permettre de mieux répartir le public pour éviter des attroupements trop importants. Et il y aura moins de monde. L’enceinte du Théâtre peut accueillir près de 10 000 spectateurs et nous on devrait bloquer entre 4000 et 5000 pour permettre à chacun d’avoir de la place.

Quel est ton meilleur souvenir du Positiv ?

Je me souviens d’une édition aux Docks des Suds où je devais faire le final de la grosse scène intérieure et au dernier moment on a eu le droit d’avoir une heure de plus sur la scène extérieure. Donc je me suis retrouvé à faire deux sets d’une heure et demie dans la même soirée. J’ai enchainé devant presque 10 000 personnes sur la scène extérieure puis devant 7 ou 8000 personnes à l’intérieur. Cette année-là on était sold-out et j’ai pu jouer sur les deux plus grosses scènes du festival, c’était assez marquant.

Est-ce qu’il y a un artiste que tu rêverais de voir jouer au festival ?

Il y a des groupes mythiques comme The Chemical Brothers par exemple. Moi c’est mon groupe phare dans la musique électronique. J’ai eu la chance de jouer avec eux aux Arènes de Nîmes en 2011 ou 2012. C’est vrai que de pouvoir les faire venir au Positiv ce serait quelque chose d’extraordinaire.

?

Articles en relation

Commentaires