[Press pic] Nicky Romero (c) Kevin Anthony Canales

Nicky Romero se met à la ‘Techtronic’

Publié le 7 octobre 2022

A la manière de David Guetta avec la future rave ou d’Hardwell avec la future techno, c’est au tour du boss de Protocol de présenter sa nouvelle identité sonore.

Nicky Romero passe à la ‘Techtronic’ ! On vous rassure tout de suite, le boss du label Protocol Recordings n’a pas décidé de ramener d’entre les morts la tecktonik. Derrière ce terme, se cache plutôt la nouvelle identité sonore du DJ et producteur néerlandais. Un style résolument tourné vers les clubs et qui se veut à la croisée de la dance music habituelle de Nicky Romero et d’influences piochées d’avantage du côté de la scène underground. L’actuel 26e du Top100DJs introduit ce nouvel univers sonore aujourd’hui avec un single éponyme qui sera suivi dès vendredi prochain par ‘Myriad’. Avec un EP attendu pour la fin d’année, Nicky Romero a déjà en tête de proposer prochainement des sets complets dans la formule de cette ‘Techtronic’.

Une musique à la croisée des genres

Il est intéressant de noter que Nicky Romero n’est pas le seul ponte de la dance music à vouloir se démarquer avec sa propre identité sonore. Avant lui, David Guetta nous avait introduit sa future rave imaginée aux côtés de MORTEN et plus récemment, c’est Hardwell qui a fait son grand retour avec une nouvelle recette que l’ancien numéro 1 du Top100DJs qualifie de future techno. Derrière des appellations différentes, ces sous-genres qui ont tous leurs propres caractéristiques partagent le point commun de vouloir s’inscrire au croisement d’une dance music ‘traditionnelle’ et de sonorités club tournées d’avantage vers l’underground. Il faut dire que cette tendance partagée par bon nombre d’acteurs de la scène électronique s’inscrit dans un processus bien plus large.

Un besoin de renouvellement

En effet, depuis quelques années l’EDM triomphante du début des années 2010 semble en perte de vitesse et bon nombre des stars qui ont accompagné son succès commencent à ressentir le besoin de renouveler le genre. Dans le même temps, la scène underground connait un essor toujours plus important et la tentation est grande pour bon nombre d’artistes dits mainstream d’aller lorgner du côté de ce nouveau marché. Que ce soit Calvin Harris avec Love Regenerator, Afrojack avec Kapuchon, Oliver Heldens avec HI-LO ou Nicky Romero avec Monocule, nombreux sont d’ailleurs les stars de la dance music à avoir adopté une nouvelle identité tournée d’avantage du côté de l’underground. Mais plus que se dédoubler, certains cherchent désormais à mieux rassembler et à revitaliser la dance music grand public en y injectant des éléments puisés du côté de la techno ou de la tech-house. Si le succès de la future rave de David Guetta n’est plus à démontrer et qu’en toile de fond la scène électronique semble progressivement suivre cette évolution, reste à savoir si la multiplication des sous-genres et des appellations propres à chaque artiste voulant imposer sa patte ne risque pas par finir par perdre un tout petit peu les auditeurs.

  • Pour aller plus loin sur ce sujet, nous vous conseillons notre enquête ‘Quand l’EDM se la joue underground’ à lire dans le DJ Mag #29 toujours disponible juste-ici.

Partagez cet article :)

Ses réseaux

Plus de edm, nicky romero, protocol